Manifs Bruxelles lundi : 2 politiques laitières, exportatrice ou régulatrice

Publié le par Michel Sorin

 

Le Copa-Cogeca pour l'exportation, EMB et les minoritaires pour la régulation

 

C'est bien deux options de politique laitière qui manifesteront, séparément, à Bruxelles ce lundi 7 septembre. Avec de très nombreux tracteurs et des milliers d'éleveurs laitiers européens de chaque côté. Un évènement.

 

En ce qui concerne la manifestation European Milk Board: EMB qui regroupe les organisations de producteurs laitiers de la Coordination rurale et de l'APLI, avec le soutien de la Confédération paysanne, pour la France, il y aura des producteurs des différents pays européens, EMB étant la seule organisation européenne de producteurs de lait. Voir la Revue de presse de l'APLI Nationale. Voir aussi la télévision wallonne L'invité :Erwin Schöpges – CanalC.

Un millier de tracteurs sont attendus à Bruxelles lundi prochain, dont 300 en provenance d’Allemagne, a fait savoir jeudi l’association allemande des producteurs laitiers, membre de l’European Milk Board (EMB).

Au total, plus de 5.000 agriculteurs européens devraient manifester leur détresse lundi à Bruxelles, à l’occasion du Conseil extraordinaire des ministres européens de l’Agriculture.

Au préalable, la confédération de producteurs laitiers EMB a prévu de rencontrer Martin Schulz, le président du Parlement européen, à Aix-la-Chapelle vendredi matin. De nombreux agriculteurs allemands seront présents ainsi qu’une dizaine d’agriculteurs belges, qui se rendront dans la ville allemande en tracteur, a précisé le porte-parole de l’EMB.

L’EMB demande une solution structurelle face à la crise que subissent les producteurs laitiers. Pour l’organisation, les agriculteurs européens produisent trop de lait alors que la demande, en particulier au sein de l’Union européenne, est en recul. Les producteurs laitiers devraient être obligés de réduire les quantités lorsque leurs coûts de production ne sont plus couverts, afin de faire remonter les prix.

Contrairement à l’EMB, le Copa-Cogeca, qui rassemble les principaux syndicats et coopératives agricoles de l’Union européenne, estime que l’embargo russe est le principal responsable de la crise actuelle. Ses membres manifesteront également lundi pour exiger davantage de mesures de soutien des agriculteurs.

Voir (OPL, 4 septembre 2015) : Bruxelles : les éleveurs laitiers européens manifestent le 7 septembre. Extraits (reprise du communiqué EMB).

Les producteurs de lait sont furieux, en particulier, que le gouvernement allemand, la Commission de l’UE et des membres des fédérations paysannes continuent de prôner une augmentation des exportations, aux conséquences pourtant nuisibles. En effet, c’est elle qui a fait exploser la production de lait et c’est elle qui a déclenché la crise sur le marché du lait. En effet, quiconque, ici, cherche à déverser des torrents de lait sur d’autres marchés – que ce soit en Chine ou en Iran – et s’oppose à ce que l’on réduise la production domestique prouve qu’il est aveugle ou bien qu’il n’est manifestement plus intéressé par un avenir de la production de lait en Europe. Ce ne sont en effet pas le blocus des importations russe ni la baisse de la consommation de lait enregistrée chez les Chinois qui ont déclenché la crise, mais bien le fait que, face à un recul de la demande, en particulier dans l’UE, l’on a réagi avec une augmentation de la production.

Pour mettre un terme à l’ignorance et aux erreurs de stratégie du Commissaire européen à l’agriculture et au développement rural Phil Hogan, du Ministre allemand de l’Agriculture Christian Schmidt et des représentants des fédérations paysannes européennes, les producteurs de lait européens vont donc se mettre en route vers Bruxelles au cours des prochains jours. Leurs doléances en vue de la journée du 7 septembre sont sans appel à ce propos :
- Des prix du lait rémunérateurs et un instrument de gestion de crise, le Programme de Responsabilisation face au Marché (PRM), maintenant !
- Le produit du superprélèvement doit être utilisé immédiatement pour financer une renonciation volontaire aux livraisons de façon à résorber les quantités !

 

Voir aussi sur la crise laitière (Les Echos, 3 septembre 2015) : Lait : la filière affronte une surproduction mondiale

 

Dans L'avenir agricole, 28 août 2015, l'un des principaux dirigeants EMB, président de l'association belge des producteurs laitiers MIG, s'exprime dans la perspective de la manifestation EMB du 7 septembre à Bruxelles.

Erwin Schöpges, est éleveur près de Liège, président du Mig (association belge des producteurs laitiers), représentant de l’EMB (mouvement européen de producteurs issus de dix-sept pays). Il coordonne un rassemblement d’agriculteurs européens, le 7 septembre à Bruxelles, en marge de la réunion des ministres de l’Agriculture des Etats membres de l’UE.

 

Actuellement, c'est comme si on payait pour traire nos vaches

On voit bien qu’actuellement, pour faire du lait, c’est comme si on payait pour traire nos vaches.” En Belgique, le prix du lait se situe ainsi aux environs de 24 ct/kg aujourd’hui. Et il devrait encore baisser : “On nous annonce 22 ct, voire 20 ct, dans quelques mois”, indique Erwin Schöpges. Or, “les coûts de production, si on compte la rémunération de l’éleveur, sont à 46 ct selon notre observatoire. Même les études politiques ou d’autres organisations montrent qu’il faut au minimum 41 ct”. La situation est comparable en Allemagne, où les coûts de production sont à 46 ct/kg, ou encore aux Pays-Bas, à 42 ct, selon l’EMB. Selon un indice 100 pour l’année 2010, ils s’élèvent à 107 globalement dans l’union européenne.

Beaucoup de gens, voire à peu près tous, ne parviennent plus à payer leurs fournisseurs, poursuit Erwin Schöpges, sur la situation en Belgique. Les faillites sont nombreuses. Et quand les gens vendent, ce ne sont plus des grandes ventes : ce qui est vendu leur permet juste de récupérer ce qui est investi, certains ne parviennent même pas à payer les derniers crédits. Pour des fermes qui font entre 60 et 100 vaches, qu’ont dit “performantes”, ce n’est quand même pas normal.”

L’exploitation moyenne en Belgique produit 400 000 litres de lait. “Bien sûr, il y a des grandes fermes, comme en Allemagne, qui veulent encore grossir. Avoir des fermes de 500, 700, 1 000 ou même 2000 vaches demain, les industriels n’y sont pas opposés. Mais il faut se poser la question si on veut une agriculture familiale, car une fois qu’elle sera détruite, elle ne va pas revenir. Et c’est ce qui va arriver, s’il n’y a pas de changement au niveau européen.”

Selon lui, les décisions doivent prendre en considération les demandes des citoyens. “Un mouvement belge nous soutient. Les consommateurs ne veulent pas d’une agriculture industrielle. Le syndicalisme ouvrier pèse aussi beaucoup.”

Que les politiques laissent faire, c’est autre chose…”

L’EMB réclame une maîtrise de la production, ce qui passerait par une harmonisation des prix et réactivité entre pays. “Certains pays ne sont pas prêts à réguler. Mais il faut aussi faire attention à ce que veulent les agriculteurs, car on est qu’au début de la crise. On voit qu’aujourd’hui, la politique européenne n’est plus faite pour protéger la population : elle est davantage orientée par les multinationales et le grand capital. On ne peut pas reprocher à Nestlé, Lactalis ou Danone de profiter de la situation pour s’approvisionner à des prix plus bas : c’est légitime, dans leur position. En revanche, que les politiques laissent faire tant que les prix [en magasins] sont les moins chers, c’est autre chose… Mais pour les politiques, il est difficile de reconnaître leur erreur, seulement trois ou quatre mois après la suppression des quotas laitiers.”

 

Rappel : - l'émission télévisée wallonne L'invité :Erwin Schöpges – CanalC.

- (CiViQ, 17 sept. 2014) : André Pflimlin : une nouvelle grave crise laitière se prépare en Europe

- (CiViQ, 3 sept. 2015) : Crise laitière : André Pflimlin demande à l'Europe de changer de stratégie

- (CiViQ, 14 août 2015) : Les éleveurs laitiers européens de l'EMB manifesteront le 7 septembre

 

Cet article est le 310ème paru sur le blog CiViQ et le 79ème, catégorie Agriculture Alimentation

Erwin Schöpges, le 13 septembre 2010 lors d'une réunion EMB près de Fougères (Ille-et-Vilaine)

Erwin Schöpges, le 13 septembre 2010 lors d'une réunion EMB près de Fougères (Ille-et-Vilaine)

Commenter cet article